SCV : Agriculture respectueuse de l’environnement

Dans les pays tropicaux, y compris Madagascar, compte tenu des caractéristiques naturelles du sol, l’agriculture traditionnelle selon le système défriche-culture-jachère devrait être abandonnée pour de bon. Cette pratique n’est pas aussi bénéfique telle qu’on le pensait. Au contraire, elle contribue à un épuisement croissant du sol même si on fait un apport d’engrais. Force est de constater que le plus souvent, cet apport demeure insuffisant pour compenser les pertes colossales en éléments nutritifs.

Ainsi, rendre à son état d’origine un sol sous système traditionnel/conventionnel requerrait un investissement conséquent de la part de l’agriculteur et impacterait en conséquence sur son revenu.

Pour pallier à cette agriculture minière, la solution à proposer serait de s’engager dans les systèmes agroécologiques. Parmi eux, le semis direct sous couverture végétale ou SCV qui s’est vu le mérite d’être bien adapté à Madagascar. Le principe général de ce système, comparé aux autres pratiques agroécologiques est le fait de ne pas travailler le sol : pas de labour ni sarclage. Telle pratique offre une multitude d’avantages si on ne cite que l’amélioration de la structure et composition chimique du sol, l’augmentation de la fertilité du sol, la restauration de la biodiversité faunistique du sol et le plus important qui mérite d’être souligné : la séquestration de carbone via les restitutions végétales. Cette dernière fait de l’agriculture sous SCV une agriculture respectueuse de l’environnement.

corps-1corps-2

D’après des recherches menées en sol malgache (Antsirabe) : sur les 15 premiers cm de profondeur, les SCV affichent une teneur en C plus élevée que les systèmes conventionnels. La séquestration de CO2 atmosphérique est estimée à 1,5t C/ha/an. Ce taux est d’autant plus élevé que la quantité de matières organiques restituées au sol est plus importante. De ce fait, le SCV contribue largement à la lutte contre l’effet de serre. Outre la séquestration de carbone, principal atout du SCV, dans ce système, l’érosion aratoire peut être ramenée à néant même sur des terrains en pente tandis qu’en système traditionnel, l’érosion peut décaper jusqu’à 11t/ha/an de terres. En résumé, quand le système SCV est bien maîtrisé, il améliore considérablement les rendements agricoles et par la suite le revenu de l’agriculteur, mais aussi il contribue à la préservation de la planète.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s