Elevage porcin à Madagascar : tous les voyants sont rouges !

C’est assez, il y a trop d’illégalités. L’ONDVM (Ordre National des Docteurs Vétérinaires de Madagascar) vient de lancer l’alerte face aux multitudes irrégularités constatées dans les pratiques d’élevage à Madagascar, notamment dans le secteur porciculture. Récemment, on a détecté des produits cancérigènes dans les viandes porcines mises sur le marché de la capitale.

Rappels des faits. Suite aux inquiétudes des consommateurs sur la salubrité des viandes porcines commercialisées au niveau des marchés d’Antananarivo, l’ONDVM s’est décidé d’inspecter aux peignes fins des échantillons de viande. Le verdict a été sans appel : il s’est avéré que 32% des viandes analysées contiennent des résidus d’hormones, très dangereux pour l’homme car précurseurs de divers cancers.
D’après les informations, beaucoup d’éleveurs se ruent dans cette pratique et d’autres la pratiquent même depuis plusieurs années. A l’origine, ces médicaments sont à usage contraceptif pour l’homme, mais que les éleveurs administrent à leurs animaux afin d’anticiper la chaleur, et par la suite accélérer la prise de poids. Bien que cette pratique fasse ses effets, elle est cependant totalement interdite. En effet, ces produits font partie des médicaments non conventionnels et donc proscrits en élevage.
Comment cette pratique s’est elle alors propagée ? Par le biais des points de vente informels de produits vétérinaires. Auprès de ces derniers, les éleveurs s’y procurent facilement car il n’y a aucun suivi et aucune ordonnance exigée émanant du vétérinaire. D’ailleurs, selon l’ONDVM, moins d e1% des pharmacies vétérinaires de la capitale sont légales c’est-à-dire agréées par l’ordre et contrôlées par un vétérinaire.

Loi elevageQue dit la loi face à cela ? La loi 2006-030 du 24 Novembre 2006 régit l’élevage à Madagascar. D’après cette loi, selon son article 80, un tel acte (de la part de l’éleveur et du distributeur) est passible d’une amende allant jusqu’à 5 000 000 Ariary qui peut s’accompagner d’un emprisonnement ferme. Pour le distributeur en particulier, la fermeture de l’établissement est à prononcer sans préjudice. En voici quelques articles de ladite loi en rapport à ce fait :
Article 10 : Les produits de l’élevage destinés à la consommation humaine, et les denrées alimentaires d’origine animale mis sur le marché doivent être sains, de qualité marchande et non nocifs aux consommateurs.
Article 39 : L’exercice et la pratique de la médecine vétérinaire, de la chirurgie des animaux et de la pharmacie sont réservés aux vétérinaires.
Article 47 : La fabrication, l’importation, l’exportation et la vente en gros de médicaments vétérinaires doivent se faire sous la responsabilité d’un docteur vétérinaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s